Défi Cycle 3

Défi 2008 épreuve 1

Faire évaporer 50 ml d’eau le plus vite possible.

     
C'est l'ébullition qui permet l'évaporation la plus rapide : 1 mn 55 si on mélange l'eau et 1 mn 56 autrement.
     
Avec l'évaporation naturelle, voici le tableau des quatre expériences que nous avons réalisées :
 
Expérience
Récipient
Source de chaleur
En plus

Temps

1
verre
radiateur
rien
72h
2
caisse (fond large)
Radiateur + lampe
rien
60 h
3
casserole en fer fin
Radiateur + lampe
mélanger
- de 24h
4
verre
Radiateur + lampe
mélanger
20 h 32
Grâce à ces expériences voici ce que nous avons conclu.  
Les conditions de l'évaporation rapide :

1) Il faut de la chaleur pour l'évaporation.

2) Il y a des évaporations différentes selon l'épaisseur du récipient : moins c'est épais et mieux la chaleur passe.

3) Si le récipient est profond et peu large, par exemple un verre, l'eau est entassée alors que si le récipient est plus large l'eau est étalée et plus en contact avec l'air donc elle s'évapore mieux.

     
 
Défi 2008 épreuve 2
Fabriquer la maquette d’un pont qui permette à une petite voiture de franchir une rivière tout en permettant, si besoin est, à un bateau ayant un grand mât de naviguer sous ce pont.
 

Pour que le bateau passe le pont, il faut que le pont soit mobile c'est à dire qu'il arrive à s'ouvrir ou à s'enlever.

Nous avons fait 6 maquettes de ponts mobiles dans la classe : cinq étaient des ponts basculants et une était un pont tournant.

Nous avons choisi de vous montrer deux maquettes de ponts basculants avec des mécanismes d'ouverture différents.

     
Premier pont    
 

Le tablier de notre pont est construit en carton, les piles sont en bois. Les culées sont les bords d'une cagette en carton et nous avons fabriqué des charnières en carton pour tenir le tablier sur les culées.

Comme les ficelles deviennent plus courtes alors ça tire les moitiés de tabliers. Elles se lèvent.

Il faut tourner dans l'autre sens pour faire redescendre les tabliers.

     
 

Le mécanisme pour ouvrir le pont :

On a collé des planchettes de bois et on a percé des trous dedans.

Dans ces trous, on a emboîté des baquettes sur lesquelles on a accroché des ficelles.

A l'autre bout, les ficelles sont nouées aux deux morceaux du tablier.

     
 

Quand on tourne les baguettes cela va faire enrouler les ficelles autour.

Il faut tourner dans l’autre sens pour faire redescendre les tabliers.

     
Deuxième pont    

Couper une planche en carton rigide au milieu pour faire le tablier du pont.

Mettre des crochets et nouer des ficelles dessus. Ces ficelles doivent passer après dans chaque pilier troué.

 

 

 

 

Puis, au bout de chaque ficelle, attacher un pot .  
     

Le mécanisme pour ouvrir le pont : Lorsqu'on met des pierres (ou du sable, ou de l'eau) dans les petits pots cela fait du poids donc les petits pots descendent.

Comme les pots sont attachés aux ficelles qui tirent les moitiés de tablier quand les pots descendent cela tire les ficelles et le pont se lève car ça fait contre-poids.

Il faut vider les pots pour que les demis tabliers redescendent.

 

 

 

       

Copyright © les Kits Graphiques de Téka